Riquet à la houppe

Comme chaque année à la rentrée littéraire,  je l’attends avec impatience, c’est un incontournable le p’tit dernier d’Amélie Nothomb, et ce n’est pas seulement pour chercher le mot « pneu » 🙂

Le voici:

Riquet à la houppe

iquet-a-la-houppe_1615

 

Résumé :
« L’art a une tendance naturelle à privilégier l’extraordinaire. »
Amélie Nothomb

 

 

 

 

Biographie de l’auteur:

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Kobé, Japon , le 13/08/1967
Biographie :

Née en 1967 à Kobe, au Japon, Amélie Nothomb est fille de l’ambassadeur de Belgique à Rome, petite-nièce de l’homme politique Charles-Ferdinand Nothomb.

Amélie Nothomb passe ses cinq premières années au Japon, dont elle restera profondément marquée, allant jusqu’à parler couramment japonais et à devenir interprète. Mais son expérience ne s’arrête pas là puisqu’elle vivra successivement en Chine, à New York, au Bengladesh, en Birmanie et au Laos, avant de débarquer à dix-sept ans sur le sol de Belgique, berceau de sa famille où elle entame une licence en philologie romane à l’Université Libre de Bruxelles.

Elle écrit depuis ses dix-sept ans. Elle avoue avoir déjà écrit trente-sept romans. L’écrivain garde rangés dans un carton vingt manuscrits qu’elle se refuse à publier les estimant trop personnels.

C’est en 1992, alors âgée de vingt-cinq ans, qu’elle fait son entrée fracassante dans le monde des lettres avec son roman « Hygiène de l’assassin. » Elle enchaîne depuis les succès avec plus d’une vingtaine de publications.

Amélie Nothomb est également l’auteur de: « L’hygiène de l’assassin » (1992), « Le sabotage amoureux » (1993), « Les combustibles » (1994), « Mercure », « Péplum », « Les Catalinaires » (1995), « Métaphysique des tubes » (2000), « Cosmétique de l’ennemi » (2001), « Robert des noms propres » (2002).

Amélie Nothomb a été définitivement consacrée en 1999 alors que « Stupeur et Tremblements » a été couronné du Grand Prix de l’Académie Française et s’est vendu à 385 000 exemplaires. Ses romans sont depuis traduits en 23 langues.

Elle a également obtenu par deux fois le prix du jury Jean Giono, le prix Alain Fournier et, très connue en Italie, il premio Chianciano.

Elle est encore actuellement domiciliée à Bruxelles mais voyage beaucoup de ville en ville afin de rencontrer ses lecteurs.

Auteur extrêmement prolifique, Amélie Nothomb publie traditionnellement un livre par an depuis 18 ans, que la critique et le public attendent chaque année au mois de septembre.

Ma critique perso:

Cette année Amélie s’approprie le conte de  Charles Perrault «Riquet à la houppe » après nous avoir livré en 2015 le remake belge de la nouvelle du grand Oscar Wilde avec « Le crime du comte Neville »

L’histoire:

Enide, enceinte à quarante-huit ans donne naissance à Déodat après de nombreuses années d’un mariage heureux avec Honorat.
Mais, surprise, Déodat est affreux : ce qui n’empêchera pas les parents de l’entourer de compréhension et d’affection.
Déodat est exceptionnellement intelligent et passe au-dessus des railleries de ses camarades.
A sa grande surprise, au lycée, les filles l’apprécient.
D’un autre côté, Rose et Lierre ont une fille, Trémière, dotée d’une rare beauté. Les parents la trouvent bête mais heureusement, sa grand-mère, la mystérieuse Passerose l’élève et lui fait prendre conscience de ses qualités d’observatrice silencieuse.

Le sommet fut atteint par la méchante tante Épziba :
– Ma pauvre Énide, tu te remets ?
– Oui. La césarienne s’est bien passée.
– Non, je veux dire, tu te remets d’avoir un gosse aussi vilain ?

Et comme toujours un tout bon cru, merci Amélie, mais dommage qu’ il soit si court 🙂

– Cent pour cent des femmes qui ont compté pour moi avaient un prénom commençant par un S.

Elle n’eut aucune réaction. Il se sentit lourd mais poursuivit :
– Et se terminant par A.
– Gardez les pieds parallèles.
– Comment vous appelez-vous ?
– Saskia.

Il en fut estomaqué.
– Que c’est beau ! Je n’ai jamais entendu ce prénom.
– La femme de Rembrandt s’appelait Saskia.

Il était une fois Amélie:

Toute intelligence est aussi faculté d’adaptation.

Donc un livre que je conseillerais vivement pour cette rentrée littéraire 2016

Bonne lecture

Les gens ne sont pas indifférents à l’extrême beauté: ils la détestent très consciemment.Le très laid suscite parfois un peu de compassion; le très beau irrite sans pitié. La clef du succès réside dans la vague joliesse qui ne dérange personne.

A bientôt sur LireQuoiPourquoiComment

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *