Opération Sweet Tooth

sans-titre

« J’adorais lire des romans. J’allais vite, je pouvais en termine deux ou trois par semaine- et faire cela pendant trois ans m’aurait parfaitement convenu. Cependant, je passais plus ou moins à l’époque, pour une erreur de la nature : une fille douée en maths. Cette discipline ne m’intéressait pas, j’y prenais peu de plaisir, mais j’aimais être la première sans trop me fatiguer. Je trouvais la bonne réponse avant même de savoir comment je m’y étais prise. »

L’histoire

Ian McEwan nous propose dans Operation Sweet Tooth un roman d’espionnage typiquement britannique. Une jeune recrue du MI-5, Serena, études de mathématiques et passion pour la lecture, se voit confier une mission très particulière. Elle doit amener un écrivain en devenir à accepter d’être financé par une fondation apparemment irréprochable. Mais la vraie raison de cette manoeuvre est de faire aider des écrivains de droite par des fonds du MI-5. Le tout sur fond de montée de l’IRA et crise des valeurs des années 70, en pleine guerre froide.

Présentation de l’éditeur

En Grande-Bretagne, au début des années 1970, la guerre froide est loin d’être finie. Diplômée de Cambridge, belle et intelligente, Serena Frome est la recrue idéale pour le M15. La légendaire agence de renseignements anglaise est en effet bien décidée à régner sur les esprits en subvenant aux besoins d’écrivains dont l’idéologie s’accorde avec celle du gouvernement. L’opération en question s’intitule Sweet Tooth et Serena, lectrice compulsive, semble être la candidate tout indiquée pour infiltrer l’univers de Tom Haley, un jeune auteur prometteur. Tout d’abord, elle tombe amoureuse de ses nouvelles. Puis c’est de l’homme qu’elle s’éprend, faisant de lui l’autre personnage central de cette histoire.
Mêlant finement réalité et fiction, le romancier souligne l’influence de la littérature sur nos existences, pour le plus grand plaisir du lecteur, qui finira par comprendre que toute cette histoire était avant tout… un grand roman d’amour.

Quatrième de couverture

En Grande-Bretagne, au début des années 1970, la guerre froide est loin d’être finie. Diplômée de Cambridge, belle et intelligente, Serena Frome est la recrue idéale pour le M15. La légendaire agence de renseignements anglaise est en effet bien décidée à régner sur les esprits en subvenant aux besoins d’écrivains dont l’idéologie s’accorde avec celle du gouvernement. L’opération en question s’intitule Sweet Tooth et Serena, lectrice compulsive, semble être la candidate tout indiquée pour infiltrer l’univers de Tom Haley, un jeune auteur prometteur. Tout d’abord, elle tombe amoureuse de ses nouvelles. Puis c’est de l’homme qu’elle s’éprend, faisant de lui l’autre personnage central de cette histoire. Mêlant finement réalité et fiction, le romancier souligne l’influence de la littérature sur nos existences, pour le plus grand plaisir du lecteur, qui finira par comprendre que toute cette histoire était avant tout… un grand roman d’amour.

Ma critique perso.

Je ne sais pas comment le définir, ce n’est pas un livre d’espionnage, ce n’est pas non plus une histoire d’amour, l’idée est pas mal mais….

  Je me méfiais d’instinct de cette sorte de tour de passe-passe narratif (nous dit Serena)

Comment un écrivain peut manipuler ses lecteurs à défaut de se faire manipuler par les services secrets britanniques…Ian Mc Ewan a un véritable talent pour faire du quotidien de ses personnages une véritable aventure et pour nous passionner avec des détails. Mais peut être trop de détail ici???? même si il ajoute un ingrédient supplémentaire : l’espionnage. Alors de l’aventure, me direz-vous, il devait y en avoir !!! Et bien non, pas forcément, parce que la mission de Serena Frome,recrue du M15, est spéciale : infiltrer l’univers d’un jeune auteur prometteur et subvenir à ses besoins parce que son idéologie s’accorde avec celle du gouvernement et s’inscrit dans la propagande anti-communiste.

Opération Sweet Tooth est avant tout une comédie sociale délicieusement venimeuse, racontée avec un humour grinçant et un sens du portrait typiquement britanniques. Aussi attachants que soient les personnages, et quel lecteur ne s’attacherait pas un tant soit peu à la rêveuse Serena, elle-même lectrice compulsive, malgré sa naïveté parfois agaçante ?, force est de reconnaître qu’ils inspirent plus facilement l’amusement que la compassion. On pourrait même soupçonner McEwan de prendre un plaisir un brin sadique à manipuler ainsi ses personnages, marionnettes propulsées d’un bout à l’autre du roman au gré de leurs désirs souvent inavouables.

Donc, pas de poursuite en voiture, pas de meurtres, pas de violence, pas d’espionnage genre James Bond…

Ecriture un peu lente…..pourtant je me suis retrouvée plongée dans un monde littéraire anglais que je ne connaissais pas du tout, hyper long à lire, manque un peu d’humour, patine dans une série de détails, j ai eu du mal à le boucler, cela n’arrive pas souvent…..

Mais je ne regrette pas de l’avoir lu, Je dirais soyez patient afin de pouvoir rentrer correctement dans l’aventure….

Je l’ai déjà dit mais je réitère : j’aime la littérature anglaise !

I.G.

 

 

Une réflexion sur « Opération Sweet Tooth »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *