Les 6 de novembre

Et pourquoi pas débuter ce mois avec une belle initiative, j ai trouvé l’idée vraiment sympa:

13 à table !

Un livre = 13 nouvelles inédites de vos auteurs préférés = 5 euros = 3 repas aux Les Restos du Cœur

sans-titre
13 des plus grands auteurs français actuels pour 13 nouvelles autour d’un thème commun : un repas. Intrigues policières, réunions de famille qui dérapent, retrouvailles inattendues… Du noir, de la tendresse, de l’humour, de l’absurde, à chacun sa recette. 13 repas à déguster sans modération, alors à table ! Françoise Bourdin – Maxime Chattam – Alexandra Lapierre – Agnès Ledig – Gilles Legardinier – Pierre Lemaitre – Marc Levy – Guillaume Musso – Jean-Marie Périer – Tatiana de Rosnay – Éric-Emmanuel Schmitt – Franck Thilliez – Bernard Werber

 

 

 

 

 

Le ver à soie de Robert Galbraith (alias JK Rowling)

sans-titre

Quand l’écrivain Owen Quine disparaît dans la nature, sa femme décide de faire appel au détective privé Cormoran Strike. Au début, pensant qu’il est simplement parti s’isoler quelques jours – comme cela lui est déjà arrivé par le passé –, elle ne demande à Strike qu’une seule chose : qu’il le retrouve et le lui ramène.
Mais, sitôt lancée l’enquête, Strike comprend que la disparition de Quine est bien plus inquiétante que ne le suppose sa femme. Le romancier vient en effet d’achever un manuscrit dans lequel il dresse le portrait au vitriol de presque toutes ses connaissances. Si ce texte venait à être publié, il ruinerait des vies entières. Nombreux sont ceux qui préféreraient voir Quine réduit au silence.
Lorsque ce dernier est retrouvé assassiné dans de mystérieuses circonstances, la course contre la montre est lancée. Pour mettre la main sur le meurtrier – un tueur impitoyable, tel qu’il n’en a encore jamais rencontré dans sa carrière –, Strike va devoir d’abord percer à jour ses motivations profondes.
Roman policier haletant, rythmé par une véritable cascade de coups de théâtre, Le Ver à soie est le deuxième opus des enquêtes de Cormoran Strike et de sa jeune et intrépide assistante, Robin Ellacott.

Juste avant le bonheur de Agnès Ledig

sans-titreCela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n’a pas l’habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend…  » Un hymne à l’espoir qui sonne juste comme une expérience vécue… Un livre poignant, où le malheur n’a pas le dernier mot.  » Le Figaro Magazine Cet ouvrage a reçu le Prix Maison de la Presse

 

 

 

 

L’Empreinte de toute chose de Elizabeth Gilbert

sans-titre

Alma Whittaker naît avec le XIXe siècle, à Philadelphie, d’un père anglais dont le talent de botaniste et la roublardise lui ont permis de faire fortune dans le commerce du quinquina et d’une mère qui tient de sa famille de l’Hortus Botanicus d’Amsterdam une formidable érudition ainsi qu’une rigueur toute hollandaise.
À leurs côtés et au contact des éminents chercheurs qui gravitent autour d’eux, Alma acquiert une intelligence éclectique et la passion de la botanique. En grandissant, elle se passionne pour les mousses puis pour Ambrose Pike, illustrateur de génie. Comme elle, il cherche à percer les secrets de l’univers mais, à la logique scientifique d’Alma, il préfère une pensée ésotérique ; un fossé qui les éloignera inexorablement et poussera enfin Alma à partir à la découverte du vaste monde. Alors que les terra incognita s’amenuisent de jour en jour, Alma explore les continents, la nature, la société dans laquelle elle vit et son propre corps – de l’infiniment grand à l’infiniment petit.
Des bas-fonds de Londres en passant par Philadelphie, Tahiti ou les cimes des Andes, Elizabeth Gilbert nous raconte le siècle kaléidoscopique qui voit jaillir l’esprit des Lumières. Sa plume est vive, insolente, savante et non dénuée de romantisme : à l’image de son héroïne.

 

Les premières pages:

http://www.premierchapitre.fr/book_reader/desktop_pc/v3/index.php?tl=1&r=0&idk=255&idc=18eb3bc229fe94b64226a8bd3bfa0189&t=l_empreinte_de_toute_chose

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier de Patrick Modiano

sans-titre

 » – Et l’enfant ? demanda Daragane. Vous avez eu des nouvelles de l’enfant ? – Aucune. Je me suis souvent demandé ce qu’il était devenu… Quel drôle de départ dans la vie… – Ils l’avaient certainement inscrit à une école… – Oui. A l’école de la Forêt, rue de Beuvron. Je me souviens avoir écrit un mot pour justifier son absence à cause d’une grippe. – Et à l’école de la Forêt, on pourrait peut-être trouver une trace de son passage… – Non, malheureusement. Ils ont détruit l’école de la Forêt il y a deux ans. C’était une toute petite école, vous savez… »

 

 

 

 

Les premières pages:

http://www.premierchapitre.fr/book_reader/desktop_pc/v3/index.php?tl=1&r=0&idk=255&idc=2fb2a051880af7ddedffc7391e0253e0&t=pour_que_tu_ne_te_perdes_pas_dans_le_quartier

Les Lendemains de novembre de Micheline Duff

sans-titreBernard Sévérant, qui a vécu plus de vingt ans avec une femme malade, se retrouve, à la fin de la quarantaine, veuf et sans enfant. Cette nouvelle solitude l’écrase, le deuil est atroce. Il avait beau savoir que sa bien-aimée ne pourrait mourir de vieillesse, il ne s’était pas préparé à son départ. Désormais, il se sent parvenu à l’automne d’une vie empreinte de solitude et de froidure. Tant bien que mal, pourtant, il arrive peu à peu à reprendre le dessus grâce à l’affection de ses proches. Mais son moral est fragile, et la moindre déconvenue l’entraîne immanquablement dans de longues journées de mélancolie auxquelles il ne s’arrache qu’au prix d’efforts soutenus.

Puis, un jour, dans un cours de plongée sous-marine, il fait la connaissance de Lorraine, une dermatologue indépendante, imprévisible, au charme irrésistible. Le soleil revient dans sa vie et l’amour s’installe entre les deux.

Un enfant naît de leur liaison. Bernard, fou de joie, est père pour la première fois. Mais les véritables plans de Lorraine se révèlent aux antipodes de ceux qu’il a élaborés.

Commence alors pour cet homme un combat de tous les jours afin de faire valoir ses droits, tâcher de trouver un terrain d’entente avec Lorraine et satisfaire toutes les parties. Bernard est loin de se douter cependant qu’il a affaire à une opposante des plus coriaces, jamais à cours de moyens retors pour faire obstacle à toutes ses offensives.

Les premières pages:

http://www.jcl.qc.ca/donnees/extraits/313-lendemains_novembre.pdf

C’était ma liste d’envie de novembre

Bonnes lectures et surtout n’hésitez pas à laisser vos impressions, vos commentaires et vos coups de coeur.

A bientôt

I.G.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *