Les 6 de mai

En mai, voir la vie en rose

Ce n’est pas seulement une chanson qui tourbillonne, c’est une envolée de mots pleins de peps et de bonne humeur qui peut devenir notre mantra et nous faire vivre des jours meilleurs…………

Bonne découverte à vous…………

 Le Joli mois de mai de Emilie Turckheim

 

le joli mois de mai

En ce joli mois de mai, Monsieur Louis repose sous un arbre, une balle de fusil dans la gorge. Par testament, il lègue sa maison de campagne – qu’il avait transformée en hôtel pour chasseurs – et l’ensemble de ses biens à cinq de ses anciens clients. Venus de la ville, les héritiers sont réunis autour d’Aimé, l’homme à tout faire de la maison, simplet mais pas si naïf qu’il en a l’air. On attend alors le notaire… qui n’arrivera jamais. Un couple véreux, un inspecteur de police, un militaire et un tenancier de bordel homosexuel : ces convives n’ont-ils que le seul appât du gain pour point commun ?

 

 

Les premières pages:

http://www.premierchapitre.fr/book_reader/desktop_pc/v3/index.php?tl=1&idk=255&idc=12b7c73af9146d96cd5bdf696844c6ff&t=le_joli_mois_de_mai

 

La Fin du monde a du retard de J.M. Erre

la fin

Construit sous la forme d’une course poursuite, La Fin du monde a du retard met en scène Alice et Julius, deux amnésiques qui s’évadent de la clinique psychiatrique où ils sont traités. En effet, Julius s’est donné pour mission de déjouer un terrible complot qui menace l’humanité. Poursuivis par la police, par des journalistes et par de mystérieux personnages de l’ombre, ils iront de péripéties en rebondissements jusqu’à l’incroyable révélation finale.

Comme dans chacun de ses romans, J. M. Erre joue avec les codes d’un univers de la culture populaire (le cinéma bis dans Série Z ou le roman policier dans Le Mystère Sherlock). Dans ce nouvel opus, ce sont les thrilles ésotériques à la Da Vinci Code qui servent de terrain de jeu.

En s’interrogeant de façon décalée sur la manière dont chacun construit ses certitudes, La Fin du monde a du retard se veut avant tout un récit joyeux sur ce qui fait à la fois le malheur et la grandeur de l’être humain : sa capacité à se raconter des histoires !

Les premières pages:

http://www.premierchapitre.fr/book_reader/desktop_pc/v3/index.php?tl=1&idk=255&idc=0cbefb0c34304d75a6626867a44a4e9d&t=la_fin_du_monde_a_du_retard

 

Les brumes de l’apparence de Frédérique Deghelt

 

1393436789

À l’occasion d’un héritage, une Parisienne dont la vie bourgeoise ne souffre aucune remise en question se révèle médium, à l’aube de ses quarante ans. Cette faculté, d’abord violemment refusée, va bouleverser sa vie et l’obliger à reconsidérer son existence.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les premières pages:

http://www.premierchapitre.fr/book_reader/desktop_pc/v3/index.php?tl=1&idk=255&idc=6c9ee30595147bf15ce67d601ac7b6dd&t=les_brumes_de_l_apparence

Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman de Kerry Hudson

1393623936

Accueillie dans ce monde par une flopée d’injures, la petite Janie Ryan est vite projetée au milieu de cris, de fumées de cigarettes, de vapeurs d’alcool, mais aussi de beaucoup d’amour.
Dans une langue saisissante et originale, elle remonte à ses premiers jours pour nous raconter sa jeunesse écossaise, de centres d’accueil en HLM minables et autres bed and breakfasts douteux… Alcool, drogue, fins de mois difficiles et beaux-pères de passage : rien ne lui est épargné. Mais, toujours prête à en découdre, Janie se débat, portée par un humour féroce et la rage de se construire une vie correspondant à ses attentes.
Kerry Hudson réussit ici l’exploit d’être à la fois drôle et triste, tendre mais jamais larmoyante. Un premier roman ébouriffant, comme son héroïne.

 

 

Les premières pages:

http://www.premierchapitre.fr/book_reader/desktop_pc/v3/index.php?tl=1&idk=255&idc=9f0bf4eb8704e3e1387115f28bcec6c9&t=tony_hogan_m_a_payé_un_ice-cream_soda_avant_de_me_piquer_maman

Un tout petit rien de Camille Anseaume

1391683242

 » On n’a ni projets ni même le projet d’en avoir. Le plus gros engagement qu’on ait pris ensemble, c’était de se dire qu’on s’appellerait en fin de semaine. C’était quand même un mardi. On s’aime surtout à l’horizontale, et dans le noir, c’est le seul moment où on n’a plus peur de se faire peur, où on ose mélanger nos souffles sans redouter que l’autre se dise que ça va peut-être un peu vite. C’est beaucoup plus que sexuel, c’est beaucoup moins qu’amoureux. C’est nos culs entre deux chaises, c’est suffisant pour faire semblant de faire des bébés, pas pour en avoir.  »

Avec un humour et une justesse remarquables, Un tout petit rien raconte l’histoire d’un choix. Le choix que fera une jeune femme enceinte de l’homme qui partage ses nuits, mais pas beaucoup plus. Un très joli roman, aussi intime qu’universel, sur le passage mouvementé d’une existence à une autre.

 

 

Les premières pages:

http://www.premierchapitre.fr/book_reader/desktop_pc/v3/index.php?tl=1&idk=255&idc=d4869af6fe3bf7f873812e5da5f1806b&t=un_tout_petit_rien

 Muchachas 2 de Katherine Pancol

 

41J86ltMFUL__AA278_PIkin4,BottomRight,-49,22_AA300_SH20_OU08_

Ces filles-là sont intrépides.
Elles ne demandent rien aux autres.
Tout à elles-mêmes.
Cachent leur peur sous un sourire.
C’est le plus sûr moyen pour avancer, inventer, s’inventer.
Elles se sentent pousser des ailes, s’envolent,
tombent et repartent de plus belle.
Il y a des secrets, des mystères, des trahisons.
Des obstacles à surmonter.
Des mots d’amour lancés à la volée.
La vie, quoi !

 

 

 

 

On retrouve les personnages de la trilogie précédente évoluant dans leurs vies

 

 

A titre d’information les livres que je vous présente ci-dessus, je ne les ai pas encore lus.

J’appellerai cela une « liste d’envies »

Bonnes lectures et surtout n’hésitez pas à laisser vos impressions, vos commentaires et vos coups de coeur.

I.G.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *