Les 12 d’octobre

images

La notion de bibliothèque est fondée sur un malentendu, à savoir qu’on irait à la bibliothèque pour chercher un livre dont on connaît le titre. C’est vrai que cela arrive souvent mais la fonction essentielle de la bibliothèque, de la mienne et de celle de mes amis à qui je rends visite, c’est découvrir des livres dont on ne soupçonnait pas l existence et dont on découvre qu’ils sont pour nous de la plus grande importance.                                                                    Umberto Eco

Voyons ce qu’on va découvrir ce mois-ci:

Trente-six chandelles de Marie-Sabine Roger

sans-titre

 

Mortimer s’est préparé à mourir le jour de ses 36 ans, comme cela a été le cas pour tous ses ascendants mâles. Il a quitté son travail, rendu son appartement et vendu sa voiture… mais la malédiction ne s’abat pas sur lui. Que reste-t-il à faire, lorsque la mort attendue ne vient pas ? Il faut apprendre à vivre vraiment ! Après ses précédents succès, notamment La tête en friche et Bon rétablissement, tous deux adaptés au cinéma par Jean Becker, Marie-Sabine Roger revient avec un roman plein d’humanité, aux personnages émouvants, croqués avec humour et justesse. Une belle réflexion sur le sens de la vie !

Aux portes de l’éternité de Ken Follett

sans-titre

De l’édification du mur de Berlin à l’effondrement de l’Union soviétique, la grande aventure du XXe siècle telle que personne ne l’a jamais racontée. 1961. Les Allemands de l’Est ferment l’accès à Berlin-Ouest. La tension entre les États-Unis et l’Union soviétique s’exacerbe pour atteindre un point culminant l’année suivante avec la crise des missiles de Cuba. Le monde scindé en deux blocs se livre une guerre froide qui risque de devenir une guerre nucléaire. Confrontées à toutes les tragédies de la fin du XXe siècle, plusieurs familles, russe, allemande, américaine et anglaise, sont emportées dans le tumulte de ces immenses troubles sociaux, politiques et économiques. George Jakes dans le bus des Freedom Riders, Jasper Murray dans la jungle vietnamienne, Tania Dvorkine en Sibérie, Dave Williams et Walli Franck, rockers à Berlin ou San Francisco, vont se battre, trouver le chemin de l’amour et participer chacun à leur façon à la formidable révolution en marche. Entre saga historique et roman d’espionnage, histoire d’amour et thriller politique, Aux portes de l’éternité clôt la fresque gigantesque et magistrale de la trilogie du Siècle, après La Chute des géants (Laffont, 2010) et L’Hiver du monde (Laffont, 2012).

Juste une mauvaise action de Elizabeth George

sans-titre

Barbara est catastrophée: Hadiyyah, la fille de son ami Taymullah Azhar a été enlevée par sa mère. Azhar ne s’étant jamais marié avec Angelina et son nom ne figurant pas sur le certificat de naissance de leur fille, il n’a aucun droit juridique. Il n’a pas d’autre possibilité que de faire appel à un détective privé. Mais alors qu’ils retrouvent la trace d’Haddiyyah en Toscane, la petite se fait enlever. Cette dernière étant britannique, Scotland Yard et la police italienne vont devoir collaborer, non sans heurts. Et lorsque la presse s’en mêle, l’incident diplomatique n’est guère loin. C’est là que Lynley intervient…

 

 

 

Villa avec piscine de Herman KOCH

sans-titre

Dans une banlieue chic d’Amsterdam, de nos jours. Marié et père de deux filles, le docteur Marc Schlosser, généraliste, est apprécié de sa clientèle pour ses qualités d’écoute et ses diagnostics éclairés. En réalité, Marc est capable d’établir un diagnostic dans les 30 premières secondes mais met un point d’honneur à accorder 20 mn à chaque patient, essentiellement pour le rassurer, lui dresser une ordonnance bien remplie et éviter à tout prix de l’envoyer chez un spécialiste. De ses patients, Marc se contrefout. Tout comme il est peu inquiet quand il apprend sa convocation devant le Conseil de l’ordre pour une erreur médicale : tous les membres se connaissent, que risque-t-il ? Un rappel à l’ordre, au pire une courte suspension ? Mais les choses se corsent lorsque la veuve du patient, un acteur célèbre, l’accuse publiquement de meurtre. Pour elle, c’est sûr, la mort de Ralph, son mari, est suspecte. Car Ralph est tombé malade juste après des vacances communes, dans une villa louée par le couple star. Qui dit vrai ? Marc a-t-il raté un symptôme ? Ou pire, a-t-il  » aidé  » la maladie de Ralph ? Que s’est-il passé cet été, dans cette villa avec piscine ?

L’Agence de Lorraine Fouchet

sans-titre

 » Nous vivons une étrange époque où se côtoient ceux qui n’ont plus de travail et ceux qui en ont trop. Face aux premiers, les seconds n’osent pas se plaindre. Pourtant, tout le monde a envie de souffler, d’avoir du temps pour soi et pour sa famille…  » Et si Juliette avait raison ? Si cette Parisienne stressée, mère de famille écrasée par les responsabilités, savait combien les gens rêvent de la douceur gasconne ? En créant l’agence Changer Tout, elle donne une seconde chance à des hommes et des femmes qui, comme elle, sont prêts à tout reprendre à zéro. Mais à trop vouloir faire le bonheur des autres, Juliette oublie parfois le sien… Entre les querelles de clocher et les clients caractériels, le quotidien de l’agence se transforme en une véritable aventure humaine.

 

La langue des oiseaux de Claudie Hunzinger

sans-titre

« La nuit où j’ai rencontré Kat-Epadô, j’étais seule dans une baraque isolée, porte fermée à double tour. Autour de moi, la tempête. À perte de vue, des forêts. »
 ZsaZsa, une romancière, quitte Paris pour aller dans les montagnes étudier la langue des oiseaux. Elle n’imaginait pas que le soir même, allumant l’écran, elle allait rencontrer une étrange Japonaise dont l’écriture la fascine aussitôt par son charme maladroit. Un jour, celle-ci débarque. Elle a peur. Pourquoi ces deux jeunes femmes vont-elles fuir ensemble à travers les forêts ? De nuit ? Qu’est-ce qui les lie ? Qui les poursuit ?

 

 

 

Seuls les poissons de Françoise KERYMER

sans-titre

Marie tient une librairie ancienne à Paris. Elle supporte mal sa solitude depuis que son mari, musicien, a choisi de se retirer à Corfou pour composer. Elle vit d’autant plus difficilement cette situation que ses deux filles sont parties de la maison. Elsa, sa fille cadette, est une jeune chercheuse en médecine à New York : elle a profité de cette opportunité pour gagner sa liberté, mais au prix d’un isolement qui la mine. Sa fille aînée Sarah, elle, a dû affronter une terrible épreuve : la disparition de Gabriel, la laissant seule avec leur fils et l’entreprise familiale à gérer. Marie voit sa famille éclater, chaque membre s’enfermant dans le silence de ses drames intimes, et se sent impuissante. Quant à ses sœurs, elles vivent loin d’elle, l’une à Pointe-à-Pitre, l’autre en Bretagne. Lorsque Gabriel resurgit, la vie de chacune est bouleversée. Il les oblige à faire face, à se retrouver, à s’entraider.

 

Ce que je peux te dire d’elles de Anne Icart

sans-titreUn matin, très tôt. Le téléphone sonne. Blanche n’aime pas ça : les coups de fil au petit matin n’annoncent jamais rien de bon. Cette fois, pourtant, c’est une bonne nouvelle : Violette a accouché dans la nuit d’un petit garçon. Blanche est bouleversée : elle ne savait même pas que sa fille était enceinte. Et puis un garçon, le premier au bout de cette lignée de filles, quelle histoire… Dans le train qui la mène de Toulouse vers Paris, le trac au cœur, Blanche relit les carnets de moleskine destinés à Violette où, remontant le temps, elle a essayé de se souvenir de tout, tout ce qu’elle peut lui dire d’elles. Mais Violette l’attend-elle encore au bout de ce chemin à la fois heureux et cabossé ? Portés par une écriture ultrasensible, où sous l’apparente douceur du cocon familial gronde la violence des sentiments, on est entraînés dans l’histoire de Blanche, celle de quatre générations de femmes, des années 1950 à nos jours. De la minuscule bicoque d’un petit village des Pyrénées aux ateliers de la maison Balaguère, haute couture, à Toulouse, Blanche recrée ce petit monde que les accidents de la vie, et certains choix, ont rendu presque exclusivement féminin. Il y a d’abord Anna, la grand-mère, qui a élevé ses trois petites-filles, Angèle, Justine et Babé, tôt privées de mère. Angèle, la mère de Blanche, la magnifique, brillante et si fragile Angèle, journaliste à La Dépêche du Midi ; Justine l’indépendante, la féministe, la couturière aux doigts de fée qui, partie de rien, va créer sa propre maison et devenir la coqueluche des élégantes Toulousaines ; la douce et vaillante Babé, pilier de cette famille bien peu conventionnelle dans laquelle grandit Blanche. Sans père (il est mort avant sa naissance) mais avec trois mères, avant de devenir, à son tour, la mère sans homme de Violette… Chaleureux et coloré comme une promenade dans la Ville rose (ou comme une collection de Justine…), le roman de cette tribu de femmes émancipées avant l’heure explore avec autant de tendresse que d’acuité toute la complexité des liens maternels.

Demain est un autre jour de Lori NELSON

sans-titreÀ la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu’elle va hériter de l’empire de cosmétique familial. Mais, à sa grande surprise, elle ne reçoit qu’un vieux papier jauni et chiffonné : la liste des choses qu’elle voulait vivre, rédigée lorsqu’elle avait 14 ans. Pour toucher sa part d’héritage, elle aura un an pour réaliser tous les objectifs de cette life list… Mais la Brett d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec la jeune fille de l’époque. Enseigner ? Elle n’a aucune envie d’abandonner son salaire confortable pour batailler avec des enfants rebelles. Un bébé ? Andrew, son petit ami avocat, n’en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s’y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C’est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que…  Malgré tout, Brett va devoir quitter sa cage dorée pour tenter de relever le défi. Et elle est bien loin d’imaginer ce qui l’attend.

 

 J’ai toujours aimé ma femme de Gilles Bornais

sans-titre

Un simple message laissé sur la table de cuisine. « Je ne rentrerai pas ». Pour Jean-Baptiste, c’est insensé. Injuste. Mylène ne peut pas avoir mis fin à plus de vingt ans d’un amour sans nuages aussi brutalement, sans explication. Détective improvisé, le voilà qui traîne de Paris à Honfleur partout où Mylène aimait aller, paye à boire à ses collègues, lit ses e-mails, examine ses comptes bancaires. Mais même après de si longues années de vie commune, nul ne plonge impunément dans l’intimité d’autrui. Et il se pourrait que ces investigations en révèlent bien plus sur Jean-Baptiste que sur sa femme… Celles et ceux qui veulent percer le mystère des contradictions masculines, entre grandes déclarations et petites lâchetés, auront à apprendre de cette saisissante autopsie d’un couple ordinaire.

Gilles Bornais est journaliste et écrivain. J’ai toujours aimé ma femme est son dixième roman.

Et puis, Paulette … de Barbara Constantine

sans-titre

Ferdinand vit seul dans sa ferme. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, il passe chez Marceline, sa voisine, et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. Très naturellement, ses petits-fils, les Lulus, lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas… Il finit tout de même par aller la chercher. De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…
Avec légèreté, la romancière brosse le portrait d’une société qui aurait tout à gagner à ne pas se couper de la terre et à prendre soin de ses anciens. Psychologies magazine.
Un récit hors du temps, tout à fait rafraîchissant. Claire Ageneau, La Vie.
Et je termine par une bonne nouvelle:
Les livres se conservent très bien, tu ne peux pas être intoxiqué si tu lis un livre longtemps après l avoir acheté

Le livre qui fait aimer les livres de Françoize Boucher

sans-titre

– Des vraies raisons traités avec humour- Des fausses raisons, complètement loufoque !Pour toute la famille, les enfants et les adultes, et en particulier pour ceux qui n’aiment pas lire !Dès 8 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà une nouvelle liste d’envie….

Bonnes lectures à tous et toutes et à bientôt :)

I.G.

 

 

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Les 12 d’octobre »

  1. « Demain est un autre jour »: merci pour ta suggestion, ce livre est délicieux, un brin de romantisme sur fond de leçon de vie: j’adore!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *