Le premier jour du reste de ma vie

index
Le premier jour du reste de ma vie

 Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : gâteaux, invités, décoration de l’appartement… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde…

Rodolphe,

Tu voulais être surpris, tu vas l’être : je pars.

Joyeux Anniversaire!

Marie
PS: j’ai invité Nathacha, Isabelle, Géraldine, Léa, Sabine, Laure, Aurélie, Marjolaine, Nadia et les autres. Elles arriveront vers vingt et une heures avec les bougies. SI tu comptes bien, tu en trouveras quarante… Quelle chance! Tu vas pouvoir toutes les allumer d’un coup! »

Biographie de l’auteur:

Virginie Grimaldi passe son temps à écrire: de la liste des courses au roman, en passant par son blog qui connaît un beau succès, aucun genre ne lui résiste.

Lauréate du prix E-crire Auféminin 2014, elle signe avec « Le premier jour du reste de ma vie » son premier roman publié.

Son prochain livre est en cours d’écriture et devrait sortir pour 2016.

Ma critique perso: 

J’ai passé un bon moment avec Marie, un livre à lire en toute décontraction, il se lit tellement vite qu’on se dit zut il touche à sa fin 🙂 de plus j’ai ri quelque fois avec toute cette équipe.

La vie, c’est comme un tour de magie. Quand on est enfant, on ne voit que le devant de la scène. C’est fabuleux, on s’émerveille, on se pose des questions, on a envie d’en savoir plus. Et puis, on grandit. Peu à peu, les coulisses se dévoilent, on réalise que c’est compliqué. C’est moins joli, c’est quand même parfois moche, on est déçu. Mais on continue quand même à s’émerveiller.

La grande force de se livre se sont les personnages, ils sont incroyablement vivants

Son coeur, Marie compte bien le garder pour elle. La dernière fois qu’elle l’a confié à quelqu’un, il le lui a rendu en mauvais état. Elle en a déduit que les gens ne faisaient pas attention à ce qui ne leur appartenait pas et l’a mis à l’abri dans du papier bulle.

A lire, vous ne pouvez être déçu……

Le bonheur est un langage universel.

Bonne lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *