Le Mystère du Pont Gustave-Flaubert

51Yf87xUs1L__SY445_
Le Mystère du Pont Gustave-Flaubert

Ce récit évoque quelques impressions sur des personnages réels : Gustave Flaubert, Giovanni Bottesini, Rouen, le pont Gustave Flaubert… Un grand écrivain, un compositeur de musique oublié, une ville normande, un pont levant peuvent-ils s’emmêler dans la même intrigue ? Giovanni Bottesini (1821-1889) et Gustave Flaubert (1821-1880) se sont-ils rencontrés ? Ce « roman », très imaginaire, où il est question : d’un vélo volé, d’un opéra disparu, du détective privé Jules Kostelos, du chat noir Charles Hockolmess et d’un rassemblement de vieux grééments à Rouen en 2017, apportera-t-il une réponse?

 

  Tout ne peut pas se laisser deviner, même par les esprits les plus pénétrants.

Biographie de l’auteur:

Pierre Thiry est né en 1962. Il aime fouiner chez les bouquinistes à la recherche de livres rares. Il aime lire, écrire et partager ses découvertes. Programmateur de concert, administrateur de théâtre, écrivain ou animateur d’atelier d’écriture, c’est la culture sous ses multiples facettes qui l’attire. Diplômé de l’Université de Rouen, il a obtenu une Maîtrise en droit public et un Master Sciences Humaines et Sociales mention Sociologie.

Ma critique perso:

Ce livre est hors norme, hors catégorie, bref inclassable et cela évidement ça me plait, a commencer par ce titre, il est long, vous allez me dire, donc il me parle…mais il y a aussi le mystère… et pourquoi un pont et Gustave Flaubert en juillet 2017 …. Et bien nous allons partir à Rouen pour découvrir tout cela.

Jules Kostelos est enfermé chez lui. Assis sur son fauteuil Voltaire, il se livre à sa gymnastique préférée : la lecture. Il survole avec agilité les phrases qui s’écoulent sous ses yeux ; en savoure le rythme. Il se laisse bercer par le flot de substantifs, verbes, adverbes et adjectifs. Bondissant de virgules en points-virgules, il pirouette sur les points finaux pleins de finesse ; admire la svelte anatomie de cette prose rendue légère par les muscles fermes de sa ponctuation.

Jules Kostelos est il un Sherlock Holmes des temps modernes ou un nouveau Patrick Jane…..quoiqu’il en soit les lectures du détective Jules Kostelos et les rêveries de son chat Charles Hockholmes nous font redécouvrir les œuvres de Gustave Flaubert sous un nouveau jour.

Il est des phrases que l’on peut savourer longuement , tant elles ont des résonances intimes.

On démarre le livre avec un vol de vélo, on s’attend à une enquête menée comme dans un « policier » et là par un tour de « passe-passe » l’auteur nous entraine grâce aux différents personnages dans les différentes œuvres de Gustave Flaubert. Je souligne ici le superbe travail de recherche réalisé par monsieur Thiry, il connait son sujet et moi qui suis une « fan » de citations, de plus elles s’intègrent parfaitement et subtilement dans le récit.

C’est très simple, très noble, très dramatique et par conséquent très beau

J’avais lu Madame Bovary et l’Education sentimentale au cours de mes études secondaires, enfin plus exactement on avait été « obligé » de lire et je reconnais sans délectation mais là c’est vraiment différent un petit clin d’œil aux professeurs de français pour faire découvrir les classiques à leurs élèves 🙂

A force de rendre les objets familiers, l’habitude amène souvent à ne plus les remarquer. Nous trouvons quelconque ce qui est trop fréquent.

Et puis j’ai apprécié le toucher du livre, il est vrai que depuis que je possède ma « kindle » ceux ci se font beaucoup plus rare, j’avais un peu oublié cette sensation de tenir un vrai livre en main.

C’est un livre, un vieux livre en papier, un vrai livre. Il porte en lui le parfum de toutes les bibliothèques dans lesquelles il a séjourné.

Je voulais aussi remercier monsieur Pierre Thiry pour cette agréable lecture qu’il m’a si gentiment permis de découvrir et je cite:  où « l’on découvre Flaubert autrement à l’ombre de « son pont » et à travers les rêves du chat Charles Hockolmess. »

Qui était ce personnage, pour avoir cette bouche en forme de soustraction, ces rides en forme d’addition, ces dents en forme d’équation, et ce front sévère comme un taux de crédit?

Alors pour les amateurs de la langue française, de Flaubert et tous ceux qui ont envie de se laisser voguer dans un univers assez particulier, je vous le recommande vivement….Moi je vais le relire c’est certain….

Un lieu que Jules Kostelos apprécie car on y découvre tous les jours des thés et des cafés aux saveurs rares, venus des quatre coins du monde…. On peut y lire tranquillement dans de gros fauteuils de cuirs en écoutant du jazz, à côté d’un piano qui a quelque chose à raconter, même quand il est silencieux.

Je vous dis à bientôt et bonne lecture et oubliez pas la lecture est encore plus enrichissante quand elle permet les échanges.

 

 

I.G.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *