La femme du pilote

41Lagb-PuGL._SX310_BO1,204,203,200_ 81+YmkjdzSL

La femme du pilote de Anita Shreve

Katryn mène une existence banale mais heureuse dans la petite ville côtière de Nouvelle-Angleterre où elle a grandi : elle aime son métier, sa jolie maison au bord de l’océan, et, bien sûr, son mari Jack, pilote de ligne, et leur fille Mattie, à présent adolescente. Le cours de cette vie paisible bascule dans le drame la nuit où Robert Hart, envoyé par le syndicat des pilotes, frappe à sa porte : l’avion de Jack a explosé en vol au large des côtes d’Irlande. Il n’y a aucun survivant. Cependant, pour Katryn, éperdue de douleur, cette terrible nouvelle n’est que la première d’une longue série. En effet, tandis que les enquêteurs évoquent une troublante hypothèse – il pourrait s’agir d’un suicide -, la jeune femme découvre de son côté d’étranges indices. Autant d’ombres portées sur une vie de couple qu’elle croyait sans histoire. Les questions qui dès lors vont la hanter sont-elles vouées à demeurer sans réponse ? Soutenue par la présence de plus en plus attentive de Robert, Kathryn va s’obstiner dans sa quête de la vérité, consciente du gouffre de mensonges et de trahisons qui, lentement, se creuse devant elle.

Biographie de l’auteur:

Anita Shreve est diplômée de l’université de Boston et lauréate du prix O. Henry de la nouvelle. Ancienne journaliste, mère de deux enfants, elle anime des ateliers d’écriture à la très prestigieuse Université du Archers, dans le Massachusetts.

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Dedham , le 07/10/1946

C’est en lisant le best-seller LE POIDS DE L’EAU (1997), que Kathryn Bigelow a immédiatement eu l’idée de le porter à l’écran. Le film est sorti en 2000.

Pour en savoir d’avantage Anita Shreve: Wikipedia

Ma critique perso: 

Un bon moment de lecture, tombée, par hasard, à la bibliothèque sur ce livre, je ne connaissais pas du tout l’auteure, la couverture a attiré mon attention mais sans plus et puis après avoir lui la quatrième couverture je l’ai pris et…  bonne pioche, agréable surprise.

Quand on partage la vie d’un pilote de ligne à tout moment on peut apprendre le pire.
Lorsque cette nuit de décembre on frappe à sa porte, Kathryn Lyons pressent déjà qu’elle ne reverra pas Jack, son mari, vivant.
Son deuil à peine commencé, Kathryn va devoir faire face à de terribles accusations : la compagnie d’aviation soupçonne Jack de s’être suicidé aux commandes de son avion, entraînant ainsi la mort des passagers.
Avec l’aide de ses proches, Kathryn va remonter le fil du passé et tenter de comprendre qui était vraiment Jack.
Connaît-on vraiment l’homme que l’on a épousé après quinze ans de mariage ?

Bien écrit, on navigue entre passé et présent mais sans aucune « lourdeur » que du contraire, on y découvre un peu l’histoire de ce couple que formait Katryn et Jack et qui n’était peut-être pas si clair qu’il y semblait.

Chaque couple marié, selon elle, inventait son propre duo amoureux, qui se jouait soit dans la chambre conjugale, soit en public, silencieusement, ou encore au téléphone- et ce duo était souvent repris avec des paroles presque semblables, dans une mise en scène presque identique, les mêmes parties du corps servant de support à l’imagination. Mais si l’un des partenaires modifiait légèrement son rôle, ou tentait de supprimer certaines de ses répliques, le duo ne s’enchaînait plus aussi bien. L’autre, qui ignorait encore le changement, s’embrouillait dans les dialogues, ou en tronquait une partie, ou encore ne s’y retrouvait plus du tout dans le nouvel arrangement. »

On découvre une femme frappée par le décès brutal de son époux, la douleur physique que lui procure  le chagrin. Mais aussi son besoin être là, coûte que coûte, pour aider et soutenir sa fille adolescente en pleine souffrance également, elle est une maman avant tout et découvre sa fille sous un autre aspect, évidemment…

Puis, ses doutes face aux avancées de l’enquête et la grande question : Connaît-on jamais vraiment l’être aimé(e) ??

Parfois , le courage consistait simplement à mettre un pied devant l’autre et à ne pas s’arrêter

J’ai vraiment eu du mal a lâcher le bouquin afin aller dormir à une heure décente 🙂

L’histoire est facile mais avec des petits rebondissements qui donnent un certain rythme, la lecture est aisée. Un livre à lire tranquillement, sans prise de tête, on ne s’ennuie pas une seconde.

Je vous le recommande, bonne lecture

A bientôt sur LireQuoiPourquoiComment

2 réflexions sur « La femme du pilote »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *