Foire du livre de Bruxelles

La foire du livre de Bruxelles 2017

Ça y est, nous y sommes, et j’avais envie de partager mes rencontres et dédicaces du vendredi et oui on profite de la nocturne, les portes du salon se fermeront à 22h30 ce jour là 🙂

Pour découvrir cet événement le lien est ici: http://www.flb.be

Pour ma part, j’ai eu quelques belles rencontres, même si on a rater de peu Verena Hanf, et oui Bruxelles c’est toujours difficile d’y circuler ….soit Verena Hanf était bien présente et en dédicace pour :

Verena Hanf est née en 1971 à Freiburg (Allemagne) d’un père allemand et d’une mère égypto-libanaise. Études de sociologie, de politique et de journalisme en Belgique, en Angleterre et en Allemagne. Elle est aujourd’hui rédactrice dans une association qui soutient des projets pour les enfants dans des pays en voie de développement. Elle partage son temps entre l’Allemagne, où elle travaille, et Bruxelles, où elle vit avec son mari et ses enfants, et où elle a écrit, en français, son premier roman, Tango tranquille.

 Un chouette moment, de belles rencontres et de belles découvertes et quelques achats….

Biefnot-Dannemark

Pour: Place des ombres, après la brume

Véronique Biefnot est l’auteur de cinq romans, dont une trilogie parue chez Héloïse d’Ormesson (2011-2014) : Comme des larmes sous la pluie, Les murmures de la terre et Là où la lumière se pose.

Francis Dannemark, né en 1955, vit à Bruxelles. Auteur de poèmes et de textes courts, il a publié une dizaine de romans chez Robert Laffont (dont La Longue promenade avec un cheval mort, prix Alexandre Vialatte), Le Castor Astral, Cadex et Belfond. Il est l’auteur d’une vingtaine de romans parus chez Robert Laffont et au Castor Astral depuis 1981, parmi lesquels Choses qu’on dit la nuit entre deux villes, Le grand jardin et Histoire d’Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un).

Isabelle Bary

Pour: Ce qu’elle ne m’a pas dit

Quel est le point commun entre une quadragénaire moderne, belge et blonde du XXIe siècle et un trappeur amérindien né dans les années 20 ? Le sang ! Marie a quarante-sept ans. Avec Alex, son mari, et Nola, leur fille de seize ans, ils forment une famille bourgeoise contemporaine : un boulot accaparant, une indispensable vie sociale, un chien à poils longs, des engueulades et des fous rires, des sushis le samedi, des impertinences d’ado avec un peu d’herbe fumée en cachette et, bien sûr, trop d’Internet. Rien d’extraordinaire, en somme. Mais ça, c’était avant. Avant que Marie découvre le secret bien gardé du passé passionné et violent qui est le sien. Tantôt cruelle et tantôt drôle, émouvante et parfois désespérée, la révélation de ce secret tisse peu à peu une histoire qui rapprochera Marie de sa fille. Parce que nous avons tous de vieux secrets, petits ou grands, l’auteur de Zebraska célèbre, dans son huitième roman, l’imagination, la mémoire, l’amour, l’humour et la joie de vivre comme alternatives au silence.

Isabelle Bary est née à Vilvorde en 1968, d’une maman mi-flamande, mi-anglaise, et d’un papa bruxellois francophone. Comme les chevaux, la lecture et le chocolat, l’écriture a conquis son coeur dès l’enfance, mais la possibilité de la vivre n’est venue que bien plus tard, après ses études d’ingénieur commercial Solvay et une courte vie de femme d’affaires.

Et entre 2 auteurs nous sommes parties à la recherche du bar caché:

Bon ok, ici c’est au sous-sol qu il se cache, c’est pas aussi fun que le Please Don’t Tell de New York dans lequel on entre par une cabine téléphonique 🙂

Bonne foire à tous et toutes et à bientôt sur lirequoipourquoicomment

I.G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *