Février 2015

sans-titre

Un site de rencontres les a réunis.
Ils ne sont pas devenus amants, mais amis.
Et ils comptent bien en rester là…

Elle est actrice. Lui écrivain.

Elle s’appelle Mia. Lui Paul.

Elle est anglaise. Lui américain.

Elle se cache à Montmartre. Lui vit dans le Marais.

Elle a beaucoup de succès. Lui pas vraiment.

Elle est même une star. Mais lui ne le sait pas.

Elle se sent seule. Lui aussi.

Il la fait rire. Elle enchaîne les maladresses.

Elle ne doit pas tomber amoureuse. Lui non plus.

Dans ce roman, où l’on retrouve les personnages de
Et si c’était vrai, Marc Levy nous entraîne dans une histoire d’amour irrésistible et totalement imprévisible.
Elle & lui marque le grand retour de Marc Levy à la comédie.

Et oui le dernier né de Marc Lévy, impossible de ne passer à côté ce mois ci:

Elle et lui de Marc LEVY

 » Magique. Jubilatoire. Un vrai bonheur.  » Paul Barton

Et il me parla de cerisiers, de poussières et d’une montagne de Antoine PAJE

sans-titreLe héros de ce roman écrit à la première personne pensait avoir pris la bonne route, vivre comme il l’entendait jusqu’à ce qu’il soit mis en garde à vue pour un incident assez étonnant lors d’une virée festive aux États-unis. Il va faire en prison une rencontre qui va changer le cours de sa vie. Revenu en France, il va changer son mode de vie, réussir professionnellement jusqu’à ce qu’il rencontre deux autres personnes qui vont finir par opérer un changement total en lui et le libérer pour de bon de toutes ces peurs qui lui entravaient l’existence. Voici l’histoire de Paul Lamarche, un homme soumis à ses peurs « intérieures », sans même en avoir conscience, qui se serait mis en colère si on lui avait étalé sous le nez l’ampleur de la trouille qui le menait. Lui, peur ? Certainement pas. Il fallait donc qu’il en prenne conscience tout seul. Il rampa longtemps, pour se mettre un jour debout et marcher. Bref, pour se mettre à vivre.

 Pardonnable, impardonnable de  Valérie Tong Cuong

sans titreUn après-midi d’été, alors qu’il se promène à vélo sur une route de campagne, Milo, douze ans, chute et se blesse grièvement.
Ses parents Céleste et Lino et sa grand-mère Jeanne se précipitent à son chevet. Très vite, chacun va chercher les raisons de l’accident. Ou plutôt le coupable. Qui était avec lui ce jour-là ? Pourquoi Milo n’était-il pas à sa table, en train de faire ses devoirs, comme prévu ?
Tandis que l’angoisse monte autour de l’état de Milo resurgissent peu à peu les rapports de force, les mensonges et les petits arrangements qui sous-tendent cette famille. L’amour que chacun porte à l’enfant ne suffira pas à endiguer la déflagration. Mais lorsque la haine aura tout emporté sur son passage, quel autre choix auront-ils pour survivre que de s’engager sur le chemin du pardon ?
Un roman choral qui explore la difficulté à trouver sa place au sein du clan, les chagrins et la culpabilité, mais aussi et surtout la force de l’amour sous toutes ses formes.

 Voyage de noces avec ma mère de  Véronique Sels

sans titreAnne, fraîchement mariée à Raphaël, choisit la côte Ouest des États-Unis et une Ford Mustang rouge décapotable pour son voyage de noces. Joyeuses perspectives pour ce duo amoureux. Mais c’est sans compter sur sa mère, en plein divorce, qu’ils embarquent avec eux, n’ayant pas le coeur de la laisser seule avec son chagrin.
Commence alors un road trip burlesque, où les personnages, une jeune mariée enceinte à bout de nerfs, une mère dispersée autant qu’envahissante et un gendre – à première vue – idéal, règlent leurs comptes, se déclarent l’amour ou la guerre, et ne cessent d’interroger les liens qui les unissent les uns aux autres. Dans ce roman, savant mélange d’épisodes hilarants et émouvants, Véronique Sels aborde avec finesse des sujets complexes et universels tels que le couple, la famille ou la relation mère-fille.

Et pour lire les premières pages:
http://www.actualite-litteraire.com/glm/standard.php?page=catalogue/fiche.php&refstock=480897#prem_chap

Un hiver à Paris de Jean-Philippe Blondel

sans titreJeune provincial, le narrateur débarque à la capitale pour faire ses années de classe préparatoire. Il va découvrir une solitude nouvelle et un univers où la compétition est impitoyable. Un jour, un élève moins résistant que lui craque en plein cours, sort en insultant le prof et enjambe la balustrade.

On retrouve dans Un hiver à Paris tout ce qui fait le charme des romans de Jean-Philippe Blondel : la complexité des relations ; un effondrement, suivi d’une remontée mais à quel prix ; l’attirance pour la mort et pour la vie ; la confusion des sentiments ; le succès gagné sur un malentendu ; le plaisir derrière la douleur ; l’amertume derrière la joie.

Sont présents les trois lieux qui guident la vie de l’auteur : Troyes, Paris, les Landes. Dans la lignée de Et rester vivant, il y a chez le personnage-auteur-narrateur la même rage pure, la même sauvagerie – pour rester toujours debout sous des allures presque dilettantes.

Blanès de Hedwige Jeanmart

sans titreEt si on allait à Blanès? C’était mon idée. Je l’avais lancée le samedi 10 mars vers onze heures du matin, après mes deux cafés, consciente de ce que je disais et aussi du fait que je le disais pou lui faire plaisir, sans soupçonner une seconde que cette phrase innocente serait celle qui me ferait chuter tout au fond du gouffre où je suis. Pourtant des phrases, j’en ai dit. J’ai trop dit je t’aime alors que je savais que cela le fatiguait, j’ai dit des choses intelligentes aussi, puis des conneries comme tout le monde. Mais je n’aurai pas survécu à cette phrase-là. Samuel a répondu pourquoi pas? Ça te dirait? J’ai dit oui ça me dirait, on n’est jamais allés à Blanès, ce n’est pas si loin, une heure en voiture depuis Barcelone, à peine plus. On s’est mis d’accord, on irait le lendemain. Le soir, on s’est couchés en chien de fusil dans des draps blancs comme un linceul, j’ai respiré son odeur du soir, un peu âcre, et senti la chaleur de sa cuisse sur laquelle j’avais posé la main. Je me suis endormie heureuse sûrement, sans doute, pourquoi pas? Je ne savais plus bien à présent, et le matin du dimanche 11 mars, en fin de matinée, nous avons pris chacun un livre et nous sommes partis pour Blanès

 

Bonnes lectures et n’oubliez pas la lecture est encore plus enrichissante quand elle permet les échanges.

A bientôt

I.G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *