AUX ANGES

41wetIsf0RL._SS500_Amis d’adolescence, Pierre et Florian se retrouvent, après trente ans d’absence, à l’occasion d’un long voyage en voiture. L’un et l’autre ont un peu perdu le fil de leur vie. Avec émotion et humour, ils évoquent leurs fêlures, leurs doutes face à l’avenir. Mais ce voyage, dicté par les rendez-vous professionnels de Pierre, ne se déroule pas comme prévu.
Sur le bord d’une route, ils croisent Emiliana di Castelcampo. Dans son château en ruine, telle une fée facétieuse, la vieille comtesse italienne va bientôt bouleverser l’existence des deux hommes. Car la vie trouve son sens et sa magie dans les rencontres que l’on y fait et dans notre capacité à rêver et à accueillir l’imprévu.

Cette comédie d’un optimisme contagieux, qui redonne le goût de vivre et d’aimer, est aussi un roman d’apprentissage et de sagesse, illuminé par d’inoubliables histoires d’amour.

 Comme ça ne s’était pas présenté à moi, j’avais oublié, complètement oublié, que le sel de la vie, ce sont les rencontres. Les vraies rencontres, totalement inattendues, qui vous bouleversent l’âme et le cœur et le corps…
Et qui changent votre vie. Du jour au lendemain, le monde n’est plus pareil. La lumière du jour n’est plus la même. Les nuits ne sont plus les mêmes nuits.

Ma critique perso:

Juste pour la petite histoire, j’ai acheté ce livre juste avant de partir en vacance, j ai résisté à l’envie de le commencer, m’interdisant de l’ouvrir avant, et puis enfin bien installée dans mon transat le lundi 14 avril, enfin j’ouvre mon livre et là….Est ce un signe, une simple coïncidence……., soit le titre du premier chapitre:

Première journée,

lundi 14 avril

Cela m’a fait sourire….

Pour moi aussi « C’est un matin d’avril que le voyage commença » mais il ne m’a pas fallu la semaine pour le clôturer

Celui qui réfléchit trop longtemps avant de faire un pas restera toute sa vie sur une jambe.

Je me pose quand même une question:

Mais comment fait Francis Dannemark pour nous parler si bien de ces choses de la vie, du bonheur, de l’amitié, de l’amour……

Encore un moment de pur bonheur, merci Francis Dannemark pour cet excellent roman, que je qualifierais d’optimiste. Et comme d’habitude les personnages sont attachants, vivants, drôles.

J’irai bien passer quelques jours au château en ruine d’Emiliana.

Et j’adore:

Le vent de la vie venait de passer par là.

 

Le lendemain, j’ai revu une femme que je n’avais plus revue depuis longtemps. Elle m’a demandé si je n’avais pas, par hasard, un sirop qu’elle pouvait donner à un perroquet qui ne cessait d’éternuer. Je l’ai regardée, elle a précisé avec beaucoup de sérieux qu’il n’était pas impossible que le perroquet fasse semblant d’éternuer mais que dans le doute…

Que dire, une fois de plus il a tout bon, un régal, même si le titre n’est qu’en deux mots cette fois,(hé oui j’aimais bien les longs titres) son écriture reste « magique » et cette histoire trotte encore en tête même après avoir refermé le livre.

On sait avec certitude que l’on va de A à B mais il est absolument impossible de connaître le chemin qui sera suivi par le système entre ces deux points

 

Les moments difficiles, si on les vit à deux, ont infiniment plus de valeurs que des moments tranquilles que l’on vivrait tout seul.

 

Et le petit plus, il faut le reconnaitre l’idée est géniale, les personnages se rencontrent avec ceux d’un autre roman, celui de Véronique Biefnot: Là ou la lumière se pose.

Et maintenant j’ai envie de lire son livre….. c’est malin

Et oui, « Aux anges » je vous le recommande vivement, vous serez enchanté du voyage, vraiment……

Bonne lecture et n’oubliez pas la lecture est encore plus enrichissante quand elle permet les échanges.

A bientôt

I.G.

 

3 réflexions sur « AUX ANGES »

  1. cachottière, une conférence ! Bon le 28 mai, j’aurai plein de choses à faire, mais j’ai bien envie de t’accompagner, chère blogueuse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *