ADULTERE

41GuxLc8iQL__SL160_« Une vie sans amour vaut elle la peine d être vécue ? »

Linda a 31 ans et, aux yeux de tous, une vie parfaite : elle a un mari aimant, des enfants bien élevés, un métier gratifiant de journaliste et habite dans une magnifique propriété à Genève. Cependant, elle ne supporte plus de faire semblant d être heureuse quand, en vérité, elle ne ressent rien d autre qu’un sentiment grandissant d apathie et d indifférence.
Jusqu’au jour où elle retrouve un ancien petit ami. Jacob est un homme politique de premier plan et, lors d’une interview, il éveille en elle un sentiment oublié depuis longtemps : la passion.
Elle fera tout pour conquérir cet amour impossible et devra aller au plus profond d elle-même pour enfin trouver le bonheur.

Je suis aujourd’hui une femme partagée entre la terreur que tout change et la terreur que tout reste pareil jusqu’à la fin de mes jours.

Biographie de l’auteur:

Paulo Coelho est né à Rio de Janeiro en 1947. Son oeuvre a été publiée dans 168 pays et traduite en 80 langues. Il est l auteur de nombreux best-sellers mondiaux, notamment L Alchimiste, Aleph, Onze minutes et Le Pèlerin de Compostelle. Il est l’écrivain le plus suivi sur les réseaux sociaux.
En 2007, il a été nommé Messager de la paix de l’ONU. Également membre de l’Académie brésilienne des Lettres, il a reçu de nombreux prix et décorations.

Ma critique perso:

J’ai eu envie de lire ce livre pour cette petite phrase « Une vie sans amour vaut elle la peine d être vécue ? » et puis il s’agit aussi de Paulo Coelho, hélas mon envie fut de courte durée.

Celui qui dit que « l’amour est suffisant » ment. Il ne l’est pas et ne l’a jamais été. Le grand problème est que les gens croient aux livres et aux films – un couple qui marche sur la plage main dans la main, contemple le coucher du soleil, fait l’amour passionnément tous les jours dans de beaux hôtels avec vue sur les Alpes. Moi et mon mari nous avons déjà fait tout cela, mais la magie ne dure qu’un ou deux ans, au maximum

Bon ce livre ce lit relativement vite mais sans aucun plaisir, on ne s’ennuie pas vraiment mais c’est fade, sans rythme et sans intérêt. Vous l’avez compris ce livre ne m’a vraiment rien laisser hormis quelques citations.

Ma vie va super-bien ,tout marche comme je l’avais projeté adolescente, je suis heureuse; mais brusquement quelque chose se produit.
C’est comme si un virus avait infecté l’ordinateur.
Alors la destruction commence ,lente, mais implacable .
Tout va plus lentement. Certains programmes importants requièrent plus de mémoire pour s’ouvrir . Certains fichiers-photos, textes disparaissent sans laisser de trace.
On en cherche la raison et l’on ne trouve rien. On demande à des amis qui comprennent mieux le sujet, mais eux non plus ne parviennent pas à détecter le problème. L’ordinateur est vid , len , et il ne vous appartient plus . Celui qui le possède maintenant est le virus indétectable. Certes ,on peut toujours changer de machine,  mais les choses conservées là, qui ont pris tant d’années à être mises en ordre ?
Perdues à tout jamais ? Ce n’est pas juste.

J’ai envie de qualifier ce livre par « Pauvre petite fille riche »

Vivre, c’est prendre des décisions et en supporter les conséquences

Linda, le personnage principal manque vraiment de crédibilité, pas du tout attachant, j’avais plutôt envie de lui expliquer ce que la « vrai » vie implique parfois.

« Tout va bien?  »
Oui ,pourquoi cela n’irait-il pas ? Voyez-vous un problème dans ma vie ?
Aucun.
Seulement la nuit qui me fait peur.
Le jour qui ne m’apporte aucun enthousiasme.
Les images heureuses du passé et les choses qui auraient pu être et n’ont pas été.
Le désir d’aventure jamais réalisé.
La terreur de ne pas savoir ce qui arrivera à mes fils.
Et alors la pensée se met à tourner autour de choses négatives, toujours les même, comme si un démon était en embuscade dans un coin de la chambre pour me sauter dessus et dire que je que j’appelais « bonheur  » n’était qu’un état passager, qui ne pouvait durer longtemps. Je l’avais toujours su, non ?

Mais il y a quand même des petites phrases sympas:

L’amour n’est pas seulement un sentiment; c’est un art.
Et comme tout les arts, l’inspiration ne lui suffit pas, il faut aussi beaucoup de travail.

 

Plus nous pouvons distinguer les murs de notre vie, mieux c’est. Même si ce n’est qu’une limite psychologique, même si au fond nous savons que tôt ou tard la mort entrera sans permission, il est bon de faire comme si nous maîtrisions tout.

 

Alors je me rends compte que des mots comme « optimisme » ou « espoir », qu’on lit dans tous les livres qui essaient de nous rassurer et de nous préparer pour la vie, ne sont que cela : des mots. Les savants qui les ont prononcés leur cherchaient peut-être un sens et nous ont pris comme cobayes , pour voir comment nous réagirions à ce stimulus.
En réalité, je suis lasse d’avoir une vie heureuse et parfaite. Et cela peut être le signe d’une maladie mentale.
Je m’endors en y pensant. Et si j’avais un problème sérieux ?

Et ce passage m’amuse 🙂

Allez jusqu’au bout, dit il. Allez jusqu’au bout ? Je trahis mon mari, je mets la cocaïne dans le sac de ma rivale et j’appelle la police? Il rit.

Voilà mon verdict est: déception, dommage car l’alchimiste m’avait vraiment bien plu.

Bonne lecture et n’oubliez pas la lecture est encore plus enrichissante quand elle permet les échanges.

I.G.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *